La Mairie
Vie pratique
Associations
Monuments
Histoire
Bois - Randonnée
Le Bois de Bourlon
Altitude : minimale : 59 m – maximale : 127 m 
Superficie : 660 ha 
Géomorphologie : Colline 
Znieff de type 1 (Zone naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) N°310013367 
 
Source : INPN (Inventaire National du Patrimoine National) 
 
Comme le bois d’Havrincourt, le bois de Bourlon est un des derniers espaces boisés de surface conséquente dans le secteur du Cambrésis (bois situé aux confins de la plaine du Cambrésis et de la Gohelle d’une part et du Haut-Cambrésis d’autre part), territoire de grandes cultures intensives ; il constitue donc l’un des derniers refuges pour les végétations, la flore et la faune forestières. Dans une région essentiellement couverte de limons, avec des affleurements crayeux du Crétacé, ce bois présente la particularité d’être situé sur une butte relictuelle du Tertiaire où affleurent des sables et argiles plus ou moins acides du Landénien et de l’Yprésien. Ainsi, il est constitué d’un complexe de végétations forestières et préforestières des forêts acidiclines à acidiphiles (Quercion roboris) au sein desquelles divers gradients de trophie et d’hygrophilie sont visibles. La hêtraie qui semble dominer sur les buttes de sables du boisement est la hêtraie acidiphile à Chèvrefeuille des bois (Lonicero periclymeni - Fagetum sylvaticae) avec comme espèces protégées, la Luzule des forêts (Luzula sylvatica) et le Maïanthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium). Sur des niveaux topographiques inférieurs, on retrouve des fragments d’aulnaies de l’Alnenion glutinoso - incanae, ponctués de mares et de sources. Au total, ce bois abrite 7 espèces, dont le Maïanthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium), protégé, et le Sureau à grappes (Sambucus racemosa), [deux taxons marquant une certaine tonalité plus continentale des boisements de la butte alors que coté bois de Ribeauville, s’exprime une chênaie-frênaie édaphique riche en Jacinthe des bois (Hyacinthoides non scripta) !] et au moins 5 végétations déterminantes de ZNIEFF. Une espèce déterminante d’Amphibiens est présente sur la ZNIEFF : le Triton crêté, inscrit à l’Annexe II de la Directive européenne Habitat et protégé au niveau national. Il est assez commun en région, d’où l’importance particulière des populations régionales pour sa conservation (GODIN, 2003). Parmi les trois espèces déterminantes de Rhopalocères, le Tabac d’Espagne (Argynnis paphia) est peu commun au niveau régional (HAUBREUX [coord.], 2009). Il fréquente les lisières, allées et clairières forestières fleuries et les prairies bocagères (LAFRANCHIS, 2000).